En savoir Plus

 
Introduction au Tantra:
 
Introduction au Tantra:

 

Qu’est-ce que le tantra ?

C’est un chemin spirituel, ou on fait l’expérience du Divin en Soi à travers son corps.

 

Les origines du Tantra :

Le tantra, ou tantrisme, est né il y a environ 5.000 ans dans la vallée de l'Indus. C'est une voie de réalisation de soi, un chemin de conscience et d'évolution relativement cousin du bouddhisme, si ce n'est qu'il n'est pas constitué en une institution hiérarchique et organisée.

Le Tantra tel qu’il est appliqué en Inde est très éloigné de notre réalité occidentale, et n’est pas transposable en tant que tel.

Un courant né dans les années 60 et 70 a adapté et actualisé la vision tantrique de façon à ce qu'elle puisse être appréhendée par un occidental d'aujourd'hui.

Le but est que cette vision soit applicable dans la vie quotidienne et moderne, et de ressentir notre connexion avec la source, le tout, ce sentiment d’unité.

 

L’Unité :

Selon le tantra, tout est sacré, rien n'est profane.

Dans notre monde tout semble séparé, alors que le but ultime du tantra est de prendre conscience de cette non-dualité, de sentir que nous ne faisons qu'un avec l'univers tout entier, d’unifier nos deux pôles, le féminin et le masculin, l’un ne peut vivre sans l’autre.

Que le Divin - ou les énergies de l'univers, peu importe comment on le nomme - est présent en toutes choses et surtout, en nous-mêmes.

Nous sommes connectés avec toutes choses et tous êtres. Être en harmonie avec soi équivaut alors à être en harmonie avec l'univers entier.

A travers le tantra on peut arriver à faire l’expérience de l'unité en nous-mêmes.

 

Qu’est-ce que le tantra ?

C’est un chemin spirituel, où on fait l’expérience du Divin en Soi à travers son corps.

 

Les origines du Tantra :

Le tantra, ou tantrisme, est né il y a environ 5.000 ans dans la vallée de l'Indus. C'est une voie de réalisation de soi, un chemin de conscience et d'évolution relativement cousin du bouddhisme, si ce n'est qu'il n'est pas constitué en une institution hiérarchique et organisée.

Le Tantra tel qu’il est appliqué en Inde est très éloigné de notre réalité occidentale, et n’est pas transposable en tant que tel.

Un courant né dans les années 60 et 70 a adapté et actualisé la vision tantrique de façon à ce qu'elle puisse être appréhendée par un occidental d'aujourd'hui.

Le but est que cette vision soit applicable dans la vie quotidienne et moderne, et de ressentir notre connexion avec la source, le tout, ce sentiment d’unité.

 

L’Unité :

Selon le tantra, tout est sacré, rien n'est profane.

Dans notre monde tout semble séparé, alors que le but ultime du tantra est de prendre conscience de cette non-dualité, de sentir que nous ne faisons qu'un avec l'univers tout entier, d’unifier nos deux pôles, le féminin et le masculin, l’un ne peut vivre sans l’autre.

Que le Divin - ou les énergies de l'univers, peu importe comment on le nomme - est présent en toutes choses et surtout, en nous-mêmes.

Nous sommes connectés avec toutes choses et tous êtres. Être en harmonie avec soi équivaut alors à être en harmonie avec l'univers entier.

A travers le tantra on peut arriver à faire l’expérience de l'unité en nous-mêmes.

 

Le corps :

Lorsque notre mental est trop fort il nous parasite, il nous crée un masque « social » et nous empêche d’aller à la rencontre de nos vraies émotions et de montrer notre identité réelle.

Le corps devient un réceptacle de l'inconscient et du refoulé, où toutes sortes de d’énergies, des mémoires, mauvais souvenirs etc… viennent s’y cristalliser.

Le massage du corps peut permettre d’aller à la rencontre de ses énergies et de les libérer.

 

Les différents plans d’un massage :

Lâcher le mental :  Afin de pouvoir s’abandonner au massage, le mental doit lâcher le gouvernail. Sinon c’est une fuite et il ne sera pas possible de ressentir ce qui se passe dans le corps.

La lenteur des mouvements du massage, apposition des mains,  permettront au mental de se calmer et de lâcher prise.

Ressentir son corps : La personne pourra ensuite accueillir, expérimenter les sensations procurer par le massage.

S’ouvrir aux émotions :  Si la personne s’abandonne à elle-même, elle sera touchée sur le plan émotionnelle. Des émotions pourront alors faire surfaces, être accueillies et se libérer.

 

L’alignement des trois énergies à savoir nos pensées (mental ou esprit), nos émotions/sentiments (cœur), nos sensations et nos instincts apporte l'unité et l'état de paix.

 

Le sacré :

Nos énergies peuvent circuler librement à condition qu'aucune d'elles ne soit niée, refoulée ou considérée comme négative ou inférieure. A cet égard, le tantra englobe toute la vie et inclut toutes ses contradictions : rien n'est condamnable, tout est bon, tout est sacré. Ainsi, c'est l'obscurité qui donne son sens à la lumière et lui permet d'exister, et réciproquement. Ils sont les deux faces d'une même pièce.

A ce stade tous les opposés deviennent complémentaires et les conflits se dissolvent dans l'unité, accueillir ce qui est présent en nous et dans notre vie.

 

La présence à soi :

Le chemin de la connaissance de soi vient en se laissant traverser par les émotions et les sensations et de s'autoriser à les vivre pleinement, à les accueillir. Devenir son propre observateur, et via cette expérience prendre conscience de tout ce qui nous traverse (émotions, sentiments, pensées, pulsions...).  ?

La méditation et ou le massage peuvent être des outils précieux afin d'être en lien plus direct avec son corps et plus à l'écoute de ses émotions, de son intuitivité, de sa « petite voix intérieure ».

Cela nécessite d'apprendre à faire toutes choses en conscience, à ne plus rien faire machinalement et à être totalement présent à ce que l'on fait, même durant les petites activités du quotidien comme manger, marcher (et honorer tous ces instants).

 

 

Sexualité sacrée :

Le tantra considère que le corps est spirituel et qu'il en va de même de l'énergie la plus vitale qui circule en nous, l'énergie sexuelle.

La sexualité n'est pas un pôle opposé de la spiritualité mais est également sacrée, la sexualité est une partie intégrante en nous.

Nos désirs « physiques » nous empêchent d’accéder aux plans spirituel et sacré. Le tantra nous invite d’aller à la rencontre de ses désirs pour mieux les accueillir, dans l’objectif de s’en affranchir et ne plus en être dépendant.

Sur la voie du Tantra, la patience est la règle qui fait mûrir. La patience appelle quelque fois le non-mouvement, l’attention et la présence au cœur. L’extrême lenteur qui en résulte permet la connexion au corps, à ses ressentis, aux émotions, et quelquefois nous emmène à un voyage vers des plans situé au-delà de l’ego …

Le tantra est une expérimentation en conscience qui amène à la connaissance de soi et à celle des limites du plaisir. C’est d'oser se laisser toucher par les émotions qu'il génère, et d'observer ce qui se passe en soi.

 

Lâcher prise – ou de l’accueil de ce qui est :

La paix intérieure ne peut être atteinte qu'avec l'apprentissage du lâcher-prise, l'acceptation des choses de la vie sur lesquelles nous n'avons de toute façon pas de prise.

 

Cela n'est pas synonyme de fatalisme ou de renonciation. Il est au contraire souhaitable de faire de notre mieux pour créer le contexte le plus favorable possible à la réalisation de nos espérances mais, une fois ce contexte mis en place, lâcher le contrôle et accepter que ce qui survient par la suite est ce qui devait survenir (que cela correspond aux résultats escomptés ou non, s’ouvrir à tous les possibles que nous offre le divin).

 

Cet état d'accueil à ce qui survient, permet de discerner ce qu'il y a découvrir en chaque événement. En revanche, celui qui résiste à ce qui survient risque de ne pas avoir l'ouverture pour y découvrir le cadeau qui s'y cache.

 

Cette acceptation passe par la compréhension que la vie n'offre aucune garantie, aucune certitude, et que c'est aussi là que réside sa beauté. En se délivrant de son attachement au « connu », l'homme se libère de ses peurs. L'acceptation est finalement un acte de confiance et d'amour en la vie, permettant que le moteur de nos actions ne soit plus la peur mais bien l'amour.

 

Une fois que l'homme aura pu résoudre ses contradictions internes et se libérer de son ego, l'amour et la compassion écloront naturellement en lui.